Notes du cadrans, Notes du cadrans I

notes du cadrans I. louves

 

un ou deux
que déposaient, ainsi,
façonnant tout autour
— au franges
d’un lieu circulaire, comme tissé
de mouvements doubles —
les ombres
d’un voile de désunion,
une pensée

 

 

et de ceux
que des nuées de voix, même
éteintes, dans la nuit,
s’invaginaient, la voir
migrer

— mais peut-être
était-elle autre,
cette fois, que je ne croyais —
la lueur tranchée,
d’un espace reclus

inondéde paroles grises

 

 

tous naissant
de se décomposer, épars

après
ce que la lune, chavirant
obliquement —

par-dessus la forêt
grise et le ciel,

en dessous, mauve

 

 

 
au bord, surgir
tendre le fond, sans un geste

retourner les pierres

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s