Claude Guitton

inukshuk lus 081

Claude Guitton, né en 1968 en Allobrogie.

Transmetteur de mémoire pour sa nation et poète Vertacomicorii.

Il profite du vent d’idées que les mouvements voyageurs lui apportent dans les différentes gare des Alpes où il a exercé son métier de cheminot pour enrichir sa poésie et faire la rencontre de ceux qu’il appellera les gens des territoires de poésie souveraine.

Actuellement en poste à Lus-la-croix-haute, gare éphémère et fragile qui bénéficie d’un certain renom grâce à Giono, (Faust au village, etc…),  lieu où la parole est accueillis de façon libre et égale, où un « Esprit de montagne » fédère des présences artistiques fortes qu’il recueil pour part dans un classeur à la libre consultation des usagers intitulé «Le début d’une histoire qui s’écrit en poésie par nos voyageurs… » .

Là, il élabore une Théorie des écarts, et fonde le Journal des écarts.

Il profite d’une rencontre haute en couleur et en poésie avec Yves Bergeret, qui l’invitera sur une de ses expositions à Paris, pour faire de la fête des écarts, (qui réuniras une douzaine d’artistes d’univers différents, [Poésie, peinture, sculpture, arts plastique, photos, vidéos, musique, land-art…], inaugurant un front commun de l’art), le moment de fondation d’une la maison nomade de la poésie.

Dernier campement de cette poésie : 28 Janvier 2014 Organise l’intervention « Gens des territoires de poésie souveraine – Vercors 2014 » à Die, où il articule une prestation de deux heures avec cinq intervenants, (Elisabeth Chabuel poète adaptée au théâtre et traductrice de la poésie albanaise, Patrice Marie poète-fabuliste et berger du Jocou, Cédric Rouzé réalisateur de film d’art de nature et d’essais, peintre et sculpteur, Richard Délias poète de rue section Vallis Clausa).

Poursuit ses collaborations avec Yves Bergeret, Patrice Marie, Cédric Rouzé et Lise Gielen.

Correspondance avec Dominique Le Boucher et Louis Fleury

*

A l’accord des temps

 

J’échoue à me définir

Même si ma connaissance d’un passé plausible

Auquel je peux me rattacher

S’approfondit vertigineusement

Il manquera l’accord du temps présent

La force d’un lien, d’une volonté commune

Qui fait les nations

 

Alors je peux dire que :

Je suis né dans un désert de liens

Et qu’il y a grand péril à le quitter

 

Une arène, un chaos, voilà qui justifie

Il n’y a pas de retour à la destruction des liens

Que des actes manqués

Réminiscences d’un temps révolu

Marques d’humanité

Mais sans plus rien de sens

 

 

Qui suis-je alors ?

Je suis les milles et quelques livres que j’ai lu…

Et parmi eux, plus encore, les recueils de poésie qui ont compté double

C’est peu pour une culture !

 

Mais ces livres n’étaient dans la liste de personne

Ils ont constitué mon bordel organisé

Où j’ai su trouver tous les plaisirs, toutes les satisfactions

Ils ont été d’un désordre suffisant pou y cacher ma pensé

La construire, la restaurer à l’abri des regards indiscrets

Dans l’ombre chaleureuse de ceux qui ont su exprimer…

Ce qu’il y avait à dire

 

Eux son mon nomadisme enrichit de mes exils ponctuels

Quand je sentais ma réalité trop envahis

Claude Guitton

(pour l’intégralité du profil)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s